Appel à contribution

139ème congrès des sociétés historiques : Langages et communication

- répondre avant le 1er décembre 2013
Nîmes


Le choix du thème « Langages et communication » pour le 139e Congrès national des Sociétés scientifiques et historiques qui se tiendra à Nîmes en mai 2014 s’explique par cinq raisons principales.

La première est la place prise par la communication dans les sociétés contemporaines et l’affirmation qui s’en est suivie d’un nouveau champ disciplinaire : les « sciences de la communication ».

La seconde est la multiplication des questions que la communication pose à toutes les disciplines qui s’intéressent aux multiples passés de plus en plus lointains et aux diversités anciennes ou actuelles des sociétés humaines.

La troisième est la nécessité qui s’impose à nous, pour répondre à ces questions, de mobiliser et faire interagir toutes les ressources, conceptualisations et connaissances des sciences sociales et humaines.

La quatrième est l’ambition de replacer dans une perspective de plus longue durée les ruptures qui constituent aujourd’hui encore les scansions de référence de cette histoire des sociétés humaines. Soit, pour ne retenir que les six qui sont le plus souvent citées :

  • l’apparition de systèmes de signes, de symboles et de représentations figurées auxquels les pré- et protohistoriens attribuent valeur de messages dont certains au moins auraient une valeur performative, donc d’un premier système de communication
  • l’invention et la diffusion des écritures,
  • les rencontres entre livre et religion,
  • la préférence accordée aux différents supports (de la pierre au papier),
  • l’imprimerie,
  • et enfin la numérisation récente des textes, des images et des sons, censée, selon le discours le plus couramment répandu, ouvrir la voie à une société globalisée de l’information et de la connaissance.

La cinquième raison est la volonté de proposer une relecture critique de cette mise en perspective pour tenir compte dans tous les cas des écarts et des décalages (géographiques, sociaux et culturels), des échecs, des retours en arrière, des phénomènes d’exclusion et de
marginalisation, des lacunes, des habitudes prises par les différentes disciplines, mais aussi des silences de nos sources, en fait de tout ce que les documents que nous utilisons parce qu’ils
nous sont parvenus n’ont pas pris le soin ou n’ont pas eu la possibilité d’enregistrer et de transmettre jusqu’à nous.

Tous les langages – et non les seules langues parlées et écrites – utilisés dans le passé comme aujourd’hui pour la communication à l’intérieur des sociétés humaines sont évidemment concernés.
Le texte qui suit est un appel destiné à tous pour inviter à proposer des communications s’inscrivant dans cette perspective. Préparé en concertation avec les différentes sections du CTHS, il constitue un cadre articulé, précisé parfois par des exemples, de thèmes qui ont été identifiés afin de structurer le programme du Congrès, organisé sur une semaine en sessions multiples. Ce cadre ne prétend pas à l’exhaustivité sur un sujet d’une telle ampleur. Les organisateurs sont prêts à accueillir des contributions qui s’en écarteraient et l’enrichiraient.

Mireille CORBIER (Présidente de la Section Histoire et Archéologie des Civilisations antiques)

- Consulter le contenu complet de l’appel à communication