Colloque

Henri Seyrig 1895-1973

- 10 et 11 octobre 2013

Paris : Institut national d’histoire de l’art et Institut de France


Les actes de ce colloque ont été publiés par les presses de l’IFPO en juillet 2016 sous le titre Henri Seyrig 1895-1973

Henri Seyrig est étudiant à Oxford en 1914 lorsqu’éclate la guerre. Il s’illustre sur le front de l’Est puis rejoint l’armée d’Orient en Macédoine en 1917. Dès lors passionné par la Grèce, il entre à l’Ecole d’Athènes en 1922 et effectue trois voyages en Syrie entre 1924 et 1928.
Directeur des Antiquités de Syrie et du Liban sous mandat français entre 1929 et 1941, il organise les fouilles archéologiques du temple de Bel à Palmyre, du Krak des Chevaliers et du sanctuaire d’Héliopolis à Baalbek. Il encourage l’installation de nombreuses missions étrangères (dont, à Doura Europos, M. Rostovtzeff, Université de Yale). En 1941, Henri Seyrig démissionne et rallie Charles de Gaulle.
En 1946, la fin des mandats français le conduit à créer l’Institut français d’archéologie à Beyrouth dont il est directeur de sa fondation à 1967.

Cette carrière grecque et syrienne a fait d’Henri Seyrig l’un des pères de l’archéologie du Proche-Orient. Il s’est particulièrement intéressé à la numismatique et a contribué à l’enrichissement des collections du Cabinet des Médailles. Il est aussi pleinement un homme du XXe s. Croix de guerre avec deux citations à Verdun, il rejoint la résistance durant la seconde guerre mondiale, puis prend position contre les abus de la colonisation. Dans le même temps, il se passionne pour l’art contemporain et, parallèlement à sa collection d’objets anciens, acquiert tableaux et mobiles d’artistes contemporains.

Organisateurs
Frédérique DUYRAT, conservateur en chef au département des Monnaies, Médailles et Antiques, Bibliothèque nationale de France
Jean-Marie DENTZER, Président de l’Institut de France, Président de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.
Olivier PICARD, Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne.
Françoise BRIQUEL-CHATONNET, directrice adjointe de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée (Mondes sémitiques), correspondante de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Jeudi 10 octobre : BnF. Amphithéâtre de l’INHA - Entrée libre
Vendredi 11 octobre : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres - Sur inscription (gratuite)

Programme

Jeudi 10 octobre 2013 : BnF, Amphithéâtre de l’INHA

Matin - Présidence : Jean-Louis Huot
9h00 Ouverture : Frédérique Duyrat

- Un homme du XXe s.

  • « Comme un enfant et un fou » : Henri Seyrig dans la Grande Guerre (M. René-Hubert)
  • Les deux missions de Paul Perdrizet et d’Henri Seyrig et leurs prolongements, 1924-1928 (S. Provost, université de Lorraine)
  • Un gaulliste au temps de la décolonisation (J. Bocquet, université d’Orléans)

- Henri Seyrig et le milieu intellectuel et artistique

  • Henri Seyrig ab ovo (D. Youngerman)
  • Les échanges épistolaires entre Franz Cumont et Henri Seyrig (C. Bonnet, Université de Toulouse – Le Mirail)

Après-midi - Présidence : Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS – AIBL)

- Un ami du cabinet des Médailles

  • L’hellénisme en Syrie : Henri Seyrig, les monnaies grecques et le cabinet des Médailles (F. Duyrat, BnF, MMA)
  • Sur certains tétradrachmes provinciaux de Syrie (M. Amandry, BnF, MMA)
  • Henri Arnold Seyrig : une passion pour la glyptique (M. Pic, BnF, MMA ; E. Gubel, Musées royaux d’art et d’histoire, Bruxelles)
  • Camées, intailles et bijoux gréco-romains (M. Avisseau-Broustet, BnF, MMA)

Vendredi 11 octobre 2013 : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Palais de l’Institut de France)

Matin- Présidence : Pierre Ducrey (AIBL)

- Orient et Arabie

  • Henri Seyrig et les musées de France : un directeur, un donateur, un conseiller (E. Fontan, Département des Antiquités orientales, Louvre)
  • Gerrha et Hagar dans le golfe arabo-persique à l’époque hellénistique (Chr. Robin, AIBL)
  • Henri Seyrig et les archéologues suisses en Syrie et au Liban (R. Stucky, université de Bâle)
  • La publication d’Antiquités syriennes VII. Hommage à Henri Seyrig (F. Alpi, Institut français du Proche-Orient ; B. Lagarce-Othman, Université Paris-Sorbonne)

- La modernité

  • Du surréalisme à l’abstraction : Henri Seyrig et les artistes vivants (F.-R. Martin, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris ; M. Tchernia-Blanchard, Ecole du Louvre)

Après-midi Séance publique de l’Académie - Présidence : Jean-Marie Dentzer (AIBL)

- Henri Seyrig et les institutions scientifiques

  • Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire, 1922-1928 (O. Picard, AIBL, Université Paris-Sorbonne)
  • Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique (D. Knoepfler, Collège de France)
  • Henri Seyrig et la création d’institutions de recherche archéologique : de l’Institut français de Beyrouth au CRA de Valbonne (J.-M. Dentzer, AIBL)