Séminaire de l’équipe Islam médiéval

Histoire et archéologie de l’Islam de l’Islam médiéval
Les mercredis, 17h-19h
Institut de recherche sur Byzance, l’Islam et la Méditerranée au Moyen Âge (IRBIMMA), 17, rue de la Sorbonne, escalier B, dernier étage, Paris 5e
ou
Colegio de España, Cité Universitaire, 7E Bd Jourdan, Paris 14


Mise à jour : 16 septembre 2020

Le séminaire repose sur une alternance entre séances plénières et des ateliers

Programme annuel 2020-2021

  • 23 septembre (IRBIMMA) :
    Introduction générale du séminaire
  • 30 septembre (IRBIMMA) : Orient
    Clément Onimus (université Paris 8), Les campagnes égyptiennes chez Ibn Duqmāq : un territoire de ponction fiscale
  • 7 octobre (Colegio de España) : Occident
    Jean-Pierre Van Staëvel (université Paris 1), Les campagnes de l’archéologue, ou comment définir le rural par la culture matérielle dans l’Occident musulman médiéval
  • 14 octobre (IRBIMMA) : Orient
    Nicolas Michel (Aix-Marseille Université), Des campagnes sans propriété foncière : l’Égypte des XIIIe-XVIIIe siècles
  • 21 octobre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Ali Amir Moezzi (EPHE) et Guillaume Dye (université Libre de Bruxelles), Présentation du Coran des historiens

4 novembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 18 novembre (Colegio de España ) : Occident
    Carlos Laliena Corbera (université de Saragosse), Le peuplement rural de la Marche Supérieure à l’époque taifa : sources latines et résultats archéologiques dans l’étude des almunias

25 novembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 2 décembre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche : Littérature arabe classique
    Iyas Hassan (Sorbonne Université), Imaginaire et institution. Réflexions sur la littérature arabe classique et ses catégories académiques contemporaines ;
    Abdallah Cheikh-Moussa (Sorbonne Université), Le corps du souverain dans quelques “miroirs des princes” arabo-islamiques »

9 décembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 16 décembre (IRBIMMA) : Orient
    Nicolas Payen (Sorbonne Université), Animaux des villes ou animaux des champs ? Situer les animaux dans un environnement aux débuts de l’Islam (Ier-IVe/VIIe-Xe siècle)
  • 6 janvier (Colegio de España ) : Occident
    Annliese Nef (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Une capitale et ses campagnes : structures foncières et productions agricoles dans le Palermitain Xe-XIIe siècle

13 janvier : Ateliers (IRBIMMA)

  • 27 janvier (IRBIMMA) : Orient
    Wissam Halawi (université de Lausane) et Elise Voguet (CNRS-IRHT), Institution mamelouke et patriarcat maronite : la propriété de la terre dans la Syrie rurale (XVe siècle)
  • 3 février (Colegio de España) : Occident
    Elise Voguet (CNRS – IRHT section arabe) et Chloé Capel (membre associée-UMR 8167 ), Villes oasiennes ou oasis urbaines : peut-on qualifier les villes sahariennes de “villes rurales” ?
  • 10 février (IRBIMMA) : Actualités de la recherche : Les humanités numériques dans nos domaines de recherche
    Maxim Romanov (ERC-Project KITAB), Complex Tools for Complex Texts : a Digital Analysis of al-Ḏahabī’s Taʾrīḫ al-islām ;
    Zacharie Mochtari de Pierrepont (Université de Gand), Networks of legal and religious scholars in 15th century narratives : network analysis, political and social order. Réseaux des ulémas au prisme des sources du xve siècle
  • 17 février (IRBIMMA) : Orient
    Eugénie Rébillard (université Paris 1-Sorbonne Université),
    Des territoires hors de contrôle ? Pouvoir central et maintien de l’ordre dans les zones rurales de l’Irak abbasside et des provinces orientales (IIIe/IXe – IVe/Xe s.)
  • 3 mars (Colegio de España) : Occident
    Yassir Benhima (université Paris 3), Espaces ruraux et tribus dans le Maghreb médiéval
  • 10 mars (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Maribel Fierro (CSIC, Madrid), Du Maghreb au Mashrek, en passant par al-Andalus et la Sicile normande. Le sacrifice des femelles des chameaux chez les Fatimides et les Safavides

17 mars : Ateliers (IRBIMMA)

  • 24 mars (IRBIMMA) : Orient
    Mathieu Eychenne (Université de Paris), Ville et campagne à l’époque mamelouke : les liens économiques entre Damas et la Ghouta

31 mars : Ateliers (IRBIMMA)

  • 7 avril (Colegio de España) : Occident
    Jennifer Vanz (membre associée-UMR 8167 ), Ville et campagne à l’époque mamelouke : les liens économiques entre Damas et la Ghouta

14 avril : Ateliers (IRBIMMA)

  • 5 mai (IRBIMMA) : Orient
    Mathieu Tillier (Sorbonne Université) et Naïm Vanthieghem (CNRS-IRHT), Un village du Fayoum : Buljusuq d’après les sources papyrologiques

12 mai : Ateliers (IRBIMMA)

  • 19 mai (Colegio de España) : Occident
    Sophie Gilotte (CNRS – CIHAM) et Pauline de Keukelaere (doctorante, Sorbonne Université), De la maison à l’atelier. Organisation du travail et dimensions économiques de l’artisanat rural en Andalus
  • 26 mai : (IRBIMMA)
    Conclusion commune

Séances plénières : thèmes

1. La construction sociale de l’espace dans l’islam médiéval. Volet 3 : Les espaces ruraux

  • série Orient islamique :
    Responsables : Cécile Bresc (Sorbonne Université), Sylvie Denoix (CNRS-UMR 8167), Perrine Pilette (CNRS-UMR 8167), Mathieu Tillier (Sorbonne Université)
    Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle de lecture
    dates : 30 sept., 14 oct., 16 déc., 27 janv., 17 fev., 24 mars ; 5 mai
  • série Occident islamique
    Responsables : Sophie Gilotte (CNRS, CIHAM), Annliese Nef (unv. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Emmanuelle Tixier du Mesnil (Paris Ouest Nanterre), Dominique Valérian (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-Pierre Van Staëvel (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Élise Voguet (CNRS, IRHT).
    Lieu : Colegio de España de Paris, Cité Universitaire
    dates : 17 oct., 18 nov., 6 janv., 3 fev., 3 mars, 7 avril, 19 mai

Dans le monde de l’Islam médiéval, les espaces ruraux sont marqués par une très profonde disparité des moyens de connaissance. En Égypte, les campagnes et leurs villages ont laissé, dès les premiers siècles de l’hégire, une abondante documentation en grec, en copte et en arabe, ce qui permet d’appréhender non seulement certains aspects de la vie économique et sociale, mais également les relations avec les villes. En revanche, dans la plupart des régions, les dimensions sociales et économiques de la question souffrent d’une évidente carence documentaire. Composante essentielle de la population, les sociétés agropastorales sont pauvres en sources écrites, et leurs archives quasi inexistantes.
Les sources littéraires (poètes, géographes, voyageurs…) permettent certes de pallier en partie la pénurie documentaire affectant la plupart des territoires de l’Islam médiéval et il conviendrait sans doute, pour commencer, de s’interroger sur la manière dont les auteurs médiévaux se représentent l’espace non urbain et ses relations avec la ville ou les citadins. Néanmoins, ces sources offrent avant tout le regard d’élites urbaines sur les campagnes. De même, quand bien même les documents fiscaux ou administratifs éclairent ponctuellement certains aspects des campagnes, ils sont souvent établis par des élites citadines au profit d’un pouvoir citadin. Lorsqu’elle est fondée sur les sources textuelles urbaines, la connaissance des campagnes apparaît donc biaisée, et d’autant plus limitée si l’on s’intéresse à la vie sociale et économique, aux modes d’exploitation du sol ou aux formes de peuplement. En outre, l’archéologie ne peut encore que pallier très partiellement cette carence documentaire : l’intérêt des archéologues, s’il s’est manifesté avec force pour l’Occident islamique durant les années 1980 et 1990 avant de s’étioler, peine encore à s’étendre, au Proche-Orient, au-delà de la période des débuts de l’Islam. Paradoxalement, les espaces intermédiaires ont fait l’objet d’enquêtes récentes remarquables, ainsi des munya-s, grandes propriétés suburbaines, dans l’hinterland des métropoles méditerranéennes.
Construite pour l’essentiel à partir de ce donné textuel focalisé sur les milieux urbains lettrés, la réflexion historique sur la nature de l’organisation sociopolitique et administrative du monde rural, et plus largement sur celle des rapports entre villes et campagnes, est passée par plusieurs stades. Après avoir successivement été marquée par le modèle latifundiaire de l’histoire positiviste, le modèle féodal de l’histoire marxiste, elle apparaît aujourd’hui, une fois dépassée cette vision stéréotypée de la domination exclusive des villes sur les campagnes, plus fragmentée et plus relativiste que jamais, en fonction de l’état de la recherche dans chaque région ou pays. On a ainsi renoncé à un modèle explicatif général, au profit le plus souvent d’études ponctuelles, encore rares au vu de l’importance du sujet, et qui ne permettent guère de saisir la question dans son ensemble. L’un des objectifs de ce séminaire consistera donc à dresser un premier bilan comparatif des différentes traditions historiographiques en présence, afin de réfléchir aux conditions d’une écriture commune de l’histoire des campagnes dans le monde islamique médiéval. Dans ce monde où la terre demeure la principale source de richesse et de revenus, on s’intéressera notamment à la nature de la propriété foncière, au rapport entre l’Etat et les communautés agropastorales, au degré de contrôle exercé par le premier, ou à la capacité d’autonomie des secondes, aux modes d’exploitation du sol et d’utilisation de l’eau, aux structures du peuplement, enfin aux rapports économiques et à la nature des échanges.
Conçue pour mettre en lumière les logiques d’interaction et les mécanismes d’interpénétration qui régissent les rapports entre villes et campagnes au long du Moyen Âge islamique, cette large réflexion menée dans le cadre du séminaire commun de l’équipe Islam médiéval invite à repenser les catégories d’urbain et de rural, autrefois opposées de manière binaire par l’historiographie.

2. Actualités de la recherche

Responsable : Sylvie Denoix (CNRS, UMR 8167)
Lieu : IRBIMMA, salle de lecture
dates : 21 oct., 2 dec., 10 fev., 10 mars

Ce séminaire a pour ambition de présenter de nouveaux terrains ou des recherches récentes concernant le domaine de l’Islam médiéval. Des chercheurs de différentes générations (des doctorants avancés aux chercheurs seniors), spécialistes de diverses disciplines (histoire, archéologie, histoire de l’art, islamologie, études littéraires...), y présentent leurs travaux afin d’approfondir la connaissance que nous avons des sociétés que nous étudions dans leurs différentes dimensions (productions savantes comme culture matérielle, représentations et pratiques, étude des institutions comme des acteurs sociaux qui les animent).

Ateliers au choix. 1er semestre


Dates : 14, 25 nov., 2 déc., 13 janv.

1. Histoire, science sociale : Genre, famille et inscription dans les espaces ruraux et urbains du monde islamique médiéval
Responsables : Annliese Nef et Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

L’ambition de cet atelier est de faire dialoguer le thème de cette année portant sur le rural (et donc sur l’urbain, la catégorisation sociale étant relationnelle) et l’approche du genre et de la famille dans les sciences sociales, en combinant sociologie, histoire et archéologie.
Bien souvent le rural est rabattu sur le traditionnel dans les conceptions communes, en particulier dans tout ce qui a trait à la famille, envisagée comme la cellule fondamentale de l’organisation sociale, et au genre, la domination masculine étant censée être particulièrement forte dans le monde rural. Pour interroger ces conceptions considérées comme allant de soi, on s’appuiera sur les études de Pierre Bourdieu relatives à l’Algérie (Sociologie de l’Algérie, Esquisses algériennes…) ou au genre (La domination masculine) et de Rémi Lenoir relatives à la famille. On se demandera comment à partir des textes et de l’archéologie on peut lire l’inscription dans l’espace de la famille comme de l’activité féminine en milieu rural et à partir de quels modèles sociologiques, ici dans le monde islamique médiéval.
L’autre terrain retenu est celui de la ville, cadre d’un patronage architectural féminin, amplement traité ces dernières décennies dans les recherches relatives au monde islamique médiéval.
Séance 1 : enjeux généraux ; séance 2 : architecture rurale, genre et famille ; séance 3 : le patronage édilitaire féminin ; séance 4 : discussion des recherches et/ou interrogations des doctorants et masterants

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle Islam

2. Sources écrites : Les espaces ruraux dans l’Histoire des églises et des monastères d’Egypte d’Abū l-Makārim (XIIIe siècle)
Responsable : Perrine Pilette (CNRS)

En résonance avec le thème général du séminaire, cet atelier a pour objectif d’étudier les campagnes à travers le prisme d’une œuvre arabe peu connue, composée dans les milieux chrétiens égyptiens au XIIIe siècle : l’Histoire des églises et des monastères d’Égypte, attribuée à Abū l-Makārim. Le texte abonde en renseignements caractérisant d’innombrables localités, urbaines ou rurales, situées dans plusieurs régions d’Égypte et du Proche-Orient. Parmi ceux-ci – à côté des descriptions attendues des monuments chrétiens les plus emblématiques de ces territoires – se trouvent de multiples informations concernant les productions agricoles, leurs lieux de stockage, l’organisation des systèmes d’irrigation des terres cultivées, la levée de l’impôt foncier, etc.
La lecture collective de plusieurs extraits des manuscrits connus de l’œuvre permettra d’envisager plusieurs questions, au rang desquelles celles de la représentation de l’espace rural et de son occupation, du rôle des établissements religieux dans la production et la gestion de ressources agricoles ou encore les échanges commerciaux entre ces campagnes et des localités plus peuplées. Dans le même temps, des questions de terminologie, de sociolinguistique et de codicologie seront ponctuellement examinées.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, petite salle de lecture

Ateliers au choix. 2nd semestre


Dates : 17, 31 mars, 14 avril, 12 mai

1. Histoire, science sociale : Les sources numismatiques
Responsable : Cécile Bresc-Mariani (Sorbonne Université)

Après les conquêtes du VIIe siècle, quelles monnaies circulaient, et où ? Dans les espaces ruraux, trouvait-on encore des monnaies byzantines et sassanides, comme à Damas, ou seulement des pièces de monnaie arabes ? Y a-t-il une spécificité de la circulation monétaire dans l’espace rural ? Celui-ci était-il physiquement monétarisé ou les monnaies n’y jouaient-elles que le rôle de monnaies de compte ? Y frappait-on monnaie ? Enfin, y avait-il des particularités provinciales quant à la production et à la circulation des monnaies ?
En restant dans le thème général adopté cette année pour le séminaire commun, nous proposerons une initiation aux techniques et aux sources de la numismatique islamique : lire et identifier les monnaies, utiliser la bibliographie, trouver les publications de trésors et de monnaies isolées, valoriser les informations apportées par les monnaies. Pour rendre cet atelier participatif et utile, les étudiants sont invités à proposer les espaces et les temps qui servent à leurs propres recherches.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle Islam

2. Sources écrites : Les régimes de narrativité
Responsables : Sylvie Denoix (CNRS) et Iyas Hassan (Sorbonne Université)

Les historiennes et les historiens sont, dans l’exercice de leur métier, confrontés à des récits. Soit ceux rédigés par les témoins des époques étudiées, soit ceux produits par l’historiographie. La narrativité est un champ qui étudie les mécanismes internes d’un récit. La narration, constituante du récit, est alors l’objet de fécondes analyses et la narratologie est la discipline qui s’y emploie.
Dans cet atelier, nous tâcherons d’aider les étudiants à examiner des éléments de leur corpus dans une perspective narratologique.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, petite salle de lecture