Parution

Les écritures mises au jour sur le site d’Ougarit (Syrie) et leur déchiffrement − 1930-2010

P. Bordreuil, F. Ernst-Pradal, M. G. Masetti-Rouault, H. Rouillard-Bonraisin et M. Zink, ed.

- P. Bordreuil, F. Ernst-Pradal, M. G. Masetti-Rouault, H. Rouillard-Bonraisin et M. Zink, ed.
Paris, 2014


Les écritures mises au jour sur le site antique d’Ougarit (Syrie) et leur déchiffrement : 1930-2010, commémoration du quatre-vingtième anniversaire du déchiffrement de l’alphabet cunéiforme de Ras Shamra-Ougarit.
Colloque international tenu au Collège de France le jeudi 2 décembre 2013 et à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres le vendredi 3 décembre 2010

Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2013. XII-368 p., 193 ill.
ISBN : 978-2-87754-300-2

Ouvrage édité avec le concours financier de l’EPHE, du CNRS-UMR 8167 Orient et Méditerranée et la Fondation d’entreprise La Poste.

Paru en février 2014
Prix : 40 €

Au printemps de 1929, l’archéologue Claude SCHAEFFER (AIBL 1953) découvrait en Syrie, sur le site de Ras Shamra, un ensemble de tablettes et de fragments inscrits dans une écriture cunéiforme encore jamais rencontrée. En septembre 1930, trois savants, Hans Bauer à Halle, Charles VIROLLEAUD (AIBL 1941) à Paris, Édouard DHORME (AIBL 1948) à Jérusalem, réussissaient à décrypter ces signes, identifiant l’écriture alphabétique d’une nouvelle langue sémitique qu’ils appelèrent ougaritique, d’après le nom antique de la cité...
Pour en savoir plus

Table des matières

  • Michel Zink, Hommage à Pierre Bordreuil (1937-2013) (p. vii-viii)
  • Christian Julien Robin, Préface (p. ix-xii)
  • Florence Malbran-Labat, « Déchiffrer l’histoire d’Ougarit. Nouveaux apports des textes akkadiens de la Maison d’Urtenu » (p. 1-9)
  • Hedwige Rouillard-Bonraisin, « L’invention du système alphabétique ougaritique exprime-t-elle une vision spécifique du monde ? » (p. 11-18)
  • Maria Grazia Masetti-Rouault, « Écritures, cultures et mythes : “globalisation” des savoirs et construction d’une identité locale à Ougarit » (p. 19-31)
  • Thomas Römer, « Le Baal d’Ougarit et le Yahvé biblique » (p. 33-44)
  • Wilfred H. van Soldt, « La contribution des textes syllabiques au déchiffrement de l’écriture alphabétique » (p. 45-54)
  • Étienne Bordreuil, « Le déchiffrement des listes métrologiques en cunéiforme suméro-akkadien de Ras Shamra-Ougarit » (p. 55-71)
  • John David Hawkins, « The Digraphic Seals of Ugarit : Emmanuel Laroche and the Decipherment of Hieroglyphic Luwian » (p. 73-91)
  • Valérie Matoïan, « Ougarit, porte méditerranéenne de l’Asie » (p. 93-132)
  • Markus Egetmeyer, « Ougarit et le déchiffrement de ses inscriptions en syllabaire chypro-minoen » (p. 133-155)
  • Mauro Giorgieri, « Diffusion et caractéristiques de la culture écrite d’origine hourrite dans le Proche-Orient asiatique et à Ougarit » (p. 157-185)
  • Nicolas Grimal, « Diplomatie et écriture : à propos des inscriptions égyptiennes d’Ougarit » (p. 187-202)
  • Juan-Pablo Vita, « Alphabet ougaritique et langue hourrite : interactions et adaptations » (p. 203-217)
  • Françoise Ernst-Pradal et Carole Roche-Hawley, « Des signes et des mots » (p. 219-233)
  • Michel Al -Maqdissi, « Notes d’Archéologie Levantine XLIV. Ras Shamra-Ougarit et la sculpture syrienne du deuxième millénaire av. J.-C. » (p. 235-247)
  • Marguerite Yon, « Kothar, dieu architecte et forgeron, et les Ougaritiens à la fin de l’âge du Bronze » (p. 249-268)
  • Bérénice Lagarce, « L’image du pouvoir égyptien dans les documents d’Ougarit » (p. 269-296)
  • Jean-Claude Margueron, « Dagan, Ba’al et le mont Ṣapanou » (p. 297-318)
  • Pierre Bordreuil, Robert Hawley et Dennis Pardee, « Données nouvelles sur le déchiffrement de l’alphabet et sur les scribes d’Ougarit » (p. 319-332)
  • Paolo Matthiae, « La culture figurative médio-syrienne du Palais royal d’Ougarit : un essai d’évaluation » (p. 333-352)