Processus et modes d’islamisation en Sicile

Responsable : Annliese Nef (univ. Panthéon-Sorbonne)


Mise à jour : 18 mai 2016

Participants principaux : Lucia Arcifa (Université de Catane), Fabiola Ardizzone (Université de Palerme), Patrice Cressier (CNRS-CIHAM)

Institutions partenaires : Ecole française de Rome, Université de Catane, Université de Palerme, CIHAM, Université de Tunis

La Sicile présente dans ce contexte un cas particulier : fortement urbanisée, cette île à la fois centrale en Méditerranée et située aux confins avec l’empire byzantin, au point de constituer une marche frontière avec ce dernier pendant un siècle et demi de 827 à 976 (avant de laisser ce rôle à l’Italie méridionale), est restée seulement un peu plus de deux siècles dans le giron islamique (jusqu’au XIe siècle). Or, en dépit de sa très lente conquête et de cette brièveté de la domination effective des Arabo-musulmans, les transformations qui en ont découlé semblent profondes, au moins dans le cadre urbain, mieux connu et documenté. L’histoire islamique de la Sicile constitue donc de ce point de vue un point de comparaison important pour l’étude de l’islamisation. Une recherche collective sera lancée, associant étroitement historiens et archéologues (et en particulier céramologues), spécialistes de Byzance et de l’Islam, en coopération avec l’École française de Rome et les Universités de Catane et de Palerme dès la rentrée 2012 (axe du programme quinquennal de l’EFR) sous la codirection d’Annliese Nef. Il s’agira en particulier de revoir le cadre théorique de l’analyse des processus d’islamisation.

Réalisations
Publications

Colloque

  • L’Africa/l’Ifrîqya et la Méditerranée centrale de l’Antiquité au Moyen-Âge, colloque à Mahdiya 12-14 décembre 2014. Publication en cours.