Basile de Césarée, texte édité par Fernand Boulenger, introduction, traduction et notes par Arnaud Perrot

Aux jeunes gens : comment tirer profit de la littérature grecque

Paris, Les Belles Lettres, 2012

Les païens n’ont pas eu le monopole de l’hellénisme. Contrairement à une idée reçue, la culture grecque n’est pas morte sous les coups du christianisme pour être ressuscitée à la Renaissance. Bien que critiques, les auteurs chrétiens n’en ont pas moins sélectionné ce qu’ils estimaient recevable et compatible avec la foi dans les productions de l’hellénisme traditionnel, en particulier dans les domaines de la littérature et de la philosophie.
Ouvrage célèbre et emblématique de l’âge d’or de la patristique grecque — on y a même vu un humanisme avant l’heure —, l’opuscule Aux jeunes gens de Basile de Césarée est un texte indispensable pour qui veut comprendre quelle est, au IVe siècle, la pratique chrétienne de la littérature grecque profane.