L’Afrique antique


Ce domaine, qui est complété par les travaux de l’équipe d’Archéologie au Maghreb, concerne aussi bien l’Afrique des royaumes que l’Afrique des provinces. A partir de l’exploitation des sources épigraphiques et archéologiques, confrontées aux sources littéraires, on repère les évolutions qui ont inséré ce territoire dans les configurations diplomatiques, politiques, sociales et religieuses propres au monde méditerranéen des époques préromaine et romaine. La publication annuelle de la Bibliographie analytique de l’Afrique antique, qui est un outil de référence pour les africanistes depuis 1962, est désormais dirigée par M. Coltelloni-Trannoy et Cl. Briand-Ponsart. Les doctorants sont des partenaires actifs de cette activité de recherche : par exemple, en novembre 2012 aura lieu une journée des doctorants africanistes, appelée à devenir une manifestation régulière réunissant de jeunes chercheurs français et étrangers.

Les deux principaux axes de recherche sont les suivants :

  • L’hellénisme africain
    La présence d’individus originaires de Méditerranée orientale, mais aussi l’usage du grec répandu de manière plus ou moins diffuse dans la population africaine soulèvent plusieurs problématiques : les flux migratoires, la participation des individus et des communautés allogènes à la vie économique et religieuse des cités africaines, les différentes facettes du plurilinguisme. Ces recherches s’adossent à deux projets : l’élaboration du corpus des inscriptions grecques d’Afrique et la participation à un GDRI (français, algérien, allemand) au Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence qui a pour objet d’étude l’archéologie et l’épigraphie de Cherchell/Caesarea de Maurétanie. Une thèse (soutenance décembre 2012, M. Ladhari, dir. M. Coltelloni-Trannoy) est consacrée aux Grecs et Orientaux en Afrique, à l’époque du Haut-Empire.
  • Etats et provinces de l’Afrique dans l’univers méditerranéen
    Ce domaine de recherche s’intéresse d’une part à la formation des royaumes africains au confluent des structures indigènes et des modèles dominants en Méditerranée, d’autre part aux ruptures et aux continuités qui ont accompagné leur réduction en provinces. Les questionnements portent aussi bien sur les structures politiques que sur les aspects économiques et culturels. Un colloque international s’est tenu en mars 2012 à Paris-Sorbonne, soulevant la question des relations entre les deux rives du détroit de Gibraltar à partir du modèle très débattu du "Cercle du Détroit" (parution prévue en 2013). Deux thèses sont en cours sous la dir. de M. Coltelloni-Trannoy : Les édifices sévériens de Lepcis Magna (M. Bennaros, soutenance prévue en 2013) et L’Armée de Cyrénaïque (O. Gaballa).