Membres associés   

Agnès ALIAU-MILHAUD

Post-doctorante, L’herboriste des Écritures : l’écriture de l’exégèse dans le Commentaire sur Jean d’Origène.

Directeur de thèse : Olivier MUNNICH

Courriel

• Professeur de lettres classiques en lycée général et technologique.
• Chargée d’enseignement à l’École des Langues et Civilisations de l’Orient ancien (Institut Catholique de Paris)
• Domaine de recherche : Origène et la tradition alexandrine. Aspects littéraires et stylistiques.

Cursus

2011 Doctorat en Études grecques, dir. M. Olivier Munnich. L’herboriste des Écritures : l’écriture de l’exégèse dans le Commentaire sur Jean d’Origène. Mention Très honorable avec les Félicitations du jury.
2002 DEA en Histoire du christianisme ancien et civilisations de l’Antiquité tardive, dir. M. Olivier Munnich : L’aveugle-né de Cyrille d’Alexandrie : traduction et commentaire (Commentaire sur Jean, VI, 587b-612c). Mention Très bien.
2000 Agrégation de Lettres Classiques.
1998 Maîtrise en Etudes grecques, dir. Mme M. Alexandre : Reflets d’Egypte chez les apologistes grecs du IIe siècle. Mention Très bien.

Publications

« Bethabara and Gergesa (Origen, CIo VI, 204-211) : Geographical Digression or Exegesis ? ». Actes du colloque Origeniana XII (25-29 juin 2017, Jérusalem). À paraître.

« La composition du prologue du Commentaire sur Jean d’Origène », Adamantius 22, Brescia (Italie), 2016, p. 6-24.

« Le Commentaire sur Jean d’Origène : une table des matières revisitée », Bulletin de Littérature Ecclésiastique 2014/1, Toulouse, 2014, p. 41-76.

« L’étoffement des personnages scripturaires comme reflet de la complexité du texte dans le Commentaire sur Jean d’Origène », Adamantius 19, Brescia (Italie), 2013, p. 379-393.

« La réécriture au passif et ses enjeux dans le Commentaire sur Jean d’Origène », Origeniana X, éd. S. Kaczmarek et H. Pietras, Louvain, 2011, p. 345-355.

« Progrès du texte, progrès de l’individu dans le Commentaire sur Jean d’Origène : les techniques d’exégèse appliquées au thème du progrès », Origeniana IX, éd. G. Heidl et R. Somos, Louvain, 2009, p. 13-24.

Recension du livre de D. Pazzini, Lingua e teologia in Origene, Brescia 2009 pour la Revue d’Histoire Ecclésiastique, Louvain, 2015, p. 315-317.

Projets en cours

· Chantier de traduction du grec : les Homélies sur les Psaumes d’Origène pour la collection des Sources chrétiennes (en collaboration avec C. Cavalier et B. Chetanian)
· Présentation et traduction des prologues aux Commentaires sur les Psaumes d’Origène, pour un volume de la collection « Les Pères dans la foi » intitulé Lire les psaumes avec les Pères, sous la dir. M.-H. Congourdeau (en collaboration avec H. Grelier-Deneux)

Travail de thèse

L’herboriste des Écritures : l’écriture de l’exégèse dans le Commentaire sur Jean d’Origène
Le travail de thèse a porté sur le Commentaire sur Jean d’Origène (v. 185- v. 254), œuvre exégétique de grande envergure, envisagée sous un angle littéraire. Il s’agissait en effet de déterminer quels étaient les moyens littéraires, stylistiques, rhétoriques mis en œuvre par l’auteur dans la construction de l’exégèse. En prétendant être « un autre Jean », l’exégète imite et reprend les structures de phrase du discours évangélique, s’attachant à « expliquer l’Écriture par l’Écriture » au moyen du langage même de l’Écriture. Mettant en relation différents mots, phrases et textes bibliques, il adopte une méthode similaire à celle qu’il mit en œuvre pour constituer les Hexaples, son grand travail d’édition du texte biblique. Il prolonge également, de la sorte, le travail critique des savants alexandrins, mais aussi leur façon de « commenter Homère par Homère ».
Ce mémoire de thèse étudie donc la manière dont Origène s’approprie le langage des Écritures pour en faire l’outil même du commentaire qu’il construit.