Rencontre du mercredi 22 octobre 2014

mercredi 22 octobre

MERCREDI 22 OCTOBRE 2014
DE 17 À 19 H
Collège de France
Salle Lévi-Strauss
52, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
Métro : Cardinal Lemoine


Programme de la première séance :

Marie-Christine MARCELLESI :
« MONNAIE, POLITIQUE ET ÉCONOMIE DANS LE MONDE GREC ANTIQUE : PERSPECTIVES DE RECHERCHE. »

Résumé
L’objectif de cette conférence est de présenter les méthodes, approches et perspectives de recherche dans le domaine de la numismatique et de l’histoire monétaire du monde grec. Les études de cas permettent de retracer dans la longue durée l’histoire monétaire d’un État, à la rencontre de l’histoire économique et de l’histoire politique, institutionnelle ou diplomatique. Les sources numismatiques doivent être confrontées systématiquement aux sources épigraphiques, qui nous apprennent le nom officiel des monnaies, et aux sources littéraires, qui peuvent révéler des appellations populaires. Les différentes données permettent d’analyser certains phénomènes monétaires à l’échelle de tout le monde grec et l’usage qui était fait de la monnaie (diffusion de la monnaie fiduciaire par exemple). La publication du matériel monétaire trouvé dans des fouilles constitue également un domaine fécond, non seulement par l’apport spécifique à l’histoire monétaire d’un atelier (petit numéraire) mais aussi par l’analyse de la répartition topographique des monnaies, qui permet de mesurer le degré de monétarisation d’un territoire, la mise en évidence des pratiques révélées par les contextes de trouvailles (par exemple des pratiques cultuelles dans le cas de monnaies trouvées dans des sanctuaires ou des nécropoles), la connaissance du réseau d’échanges et de relations d’une cité avec l’extérieur.

Sébastien MORLET :
« CHRISTIANISME ET PHILOSOPHIE : PROBLÈMES DE MÉTHODE. »

Résumé
Christianisme et philosophie ont constitué, dans l’Antiquité, deux voies d’accès concurrentes à la vérité. Mais au-delà de la confrontation, des rapprochements se font jour peu à peu. Les chrétiens intègrent la philosophie à leur démarche théologique, et la philosophie accueille progressivement des éléments extra-rationnels (notion de "foi" ou de "révélation"). Est-ce à dire qu’il y eut une influence du christianisme sur la philosophie ? Qu’est-ce que les philosophes connaissaient du christianisme ? Qu’est-ce que les chrétiens connaissaient de la philosophie ? Peut-on parler de "philosophie patristique" ? On voudrait, à partir d’un livre adressé au "grand public", soulever un certain nombre de problèmes de méthode qui sont au cœur de la recherche sur les textes du christianisme ancien.