Sites du Jawf

Yémen

À ce jour, les sites archéologiques de la région Jawf sont toujours inaccessibles au monde scientifique.

- Localisation
16°15’16.98 ; 44°69’47.86

- Responsables
Mounir Arbach (Orient et Méditerranée - Mondes sémitiques) & Rémy Audouin (UNESCO) : 2004-2009

JPEG - 27.1 ko
Temple intra-muros d’Aranyada‘ d’as-Sawdâ’, l’antique Nashshân. Fouille Clandestine. © 2004 Mounir Arbach & Rémy Audouin

- Description de la mission
Les sites antiques de la région du Jawf au Yémen font malheureusement ces dernières années l’objet de fouilles clandestines qui alimentent un marché régional et international des antiquités yéménites.

Lors d’une courte visite en 2004 sur le site d’as-Sawdâ’, l’antique Nashshân, un temple intra-muros fouillé partiellement et clandestinement a attiré notre attention. Ce temple a la particularité que ses piliers comportent des bas-reliefs représentant, pour la première fois, le monde divin des cités États du Jawf, hiérarchisé en images, datant du VIIIe s. av. J.-C. Cette découverte a fait l’objet de plusieurs communications et publications dont deux fascicules en 2004, en français-arabe et français-anglais, en collaboration avec Rémy Audouin.

Suite à cette découverte spectaculaire un projet de Protection des sites et objets en péril de la région du Jawf a été lancé en 2004 par l’UNESCO et le Fonds Social de Développement du Yémen, en collaboration avec l’Organisation Générale des Antiquités et Musées (GOAM).
Malheureusement aucun programme de protection des sites ou de fouille régulière n’a pu être réalisé, en raison de problèmes tribaux. En revanche, près de 2000 pièces archéologiques et épigraphiques ont été récupérées, chez les habitants de la région du Jawf, et déposées au musée National de Sanaa.

Un autre temple, vu en 2007 sur le site de Qarnâ, l’ancienne capitale du royaume de Ma‘în, a été également fouillé clandestinement. Ce temple comporte une douzaine de piliers monolithes inscrits datant du début du VIIe s. av. J.-C.

Faute de pouvoir se rendre sur le terrain et réaliser des recherches archéologiques sur les sites du Jawf, le projet lancé conjointement par l’UNESCO, le Fonds social de développement du Yémen, et le GOAM, a finalement déployé ses efforts, de 2004 à 2009, à la sauvegarde, l’enregistrement, l’inventaire et à la mise en valeur des pièces provenant des sites du Jawf au Musée National de Sanaa. Une base de données des collections du musée a été créée.

La collection des pièces rapportées des sites du Jawf comprend des centaines de pièces archéologiques : céramiques, autels, tables à libation, fragments des piliers, statuettes en terre cuite et en bronze, ainsi que des centaines d’inscriptions monumentales dont la plupart remonte aux VIIIe-VIe s. av. J.-C. Outre ces pièces, la collection contient une centaine de bâtonnets inscrits et près de 600 stèles funéraires, sorties vraisemblablement de la nécropole du site de Khirbat Hamdân, l’antique Haram.

JPEG - 13.1 ko
Temple intra-muros de Nakrah de Ma‘în, l’antique Qarnâ. Fouille Clandestine. © 2007 Mounir Arbach & Rémy Audouin


À ce jour, plusieurs articles consacrés à cette collection ont été publiés, ainsi que trois catalogues.
Le premier, comprenant 300 pièces, a été publié en 2006, en collaboration avec Jérémie Schiettecatte (français-arabe).
Le deuxième, contient 130 pièces, est paru en 2007, en collaboration avec Rémy Audouin et (anglais-arabe).
Enfin, le troisième catalogue, consacré aux 437 stèles funéraires, a été publié en novembre 2008, en collaboration avec Jérémie Schiettecatte & Ibrâhîm al-Hâdî (anglais-arabe).

Cette importante collection provenant des sites du Jawf, malheureusement issue des fouilles clandestines, nous a permis, grâce aux textes mentionnant des noms de souverains des cités États de la région du Jawf, de proposer une chronologie relative de ces cités aux VIIIe-VIe s. av. J.-C.

En 2008, l’État de Qatar a lancé un projet pour la Protection et la sauvegarde des sites archéologiques au Yémen, auquel une Mission archéologique française a été associée pour la région du Jawf. Malheureusement aucune suite n’a été donnée à cet ambitieux projet…