Madâ’in Sâlih, l’antique Hégra - Campagne 2008

Arabie Saoudite

Localisation du site : 26°47’1.38"N ; 37° 57’16.81"E
voir sur la carte des missions avec google maps

Directeurs de la mission : L. NEHME, D. AL-TALHI et F. VILLENEUVE.
Étude du site de 2001-2005, premier contrat de fouilles - 2007-2010

La mission a été en mesure, durant la campagne 2008, d’intervenir en onze points différents :
Trois dans le secteur des sanctuaires, trois dans les tombes monumentales nabatéennes, un dans le secteur des tombes dites à tumulus et quatre dans la zone résidentielle, dont deux à proximité du rempart ou sur le rempart lui-même. La raison de cette dispersion tient au fait qu’il nous a semblé nécessaire de tenter, dès le départ, d’obtenir un panorama aussi complet que possible des phases d’occupation des différents secteurs du site, en cherchant, principalement, à répondre aux questions suivantes :

Les tombeaux nabatéens ont-ils été abandonnés peu après la construction du dernier tombeau daté, en 75 après J.-C., plutôt au IIe siècle, après la création de la province d’Arabie, ou bien ces tombeaux ont-ils été réutilisés à des époques plus tardives, comme sépultures, voire comme refuges habités ?

Les formes traditionnelles d’expression de la religiosité nabatéenne, avec des sanctuaires rupestres centrés autour du culte rendu aux divinités à travers les bétyles et les confréries religieuses se réunissant dans des salles de banquet perdurent-t-elles au-delà du IIe siècle après J.-C. ?

La période nabatéenne est-elle la première qu’ait connue le site ? ou bien y a-t-il une occupation plus ancienne ? la découverte, en surface, de matériel hellénistique peut le laisser supposer

Quels sont les états les plus tardifs qu’ait connus le site et où se trouvent-ils ?

L’image provisoire qui peut être dégagée de la première campagne de fouilles sur le site est une période d’occupation dense à partir de la fin du Ier siècle avant J.-C., puis surtout au premier siècle après J.-C. et durant la première moitié du IIe siècle avec, dans la zone résidentielle, un rempart et de nombreuses structures domestiques. Il ne semble pas y avoir d’interruption dans l’occupation entre le IIe et le IVe siècle mais les structures appartenant à cet intervalle semblent être moins nombreuses que durant la période précédente. Une occupation plus tardive, du IVe au VIe siècle, est par ailleurs bien attestée, toujours dans la zone résidentielle, avec des sols et du matériel domestique en place. Cette période d’occupation prend fin de manière rapide, mais pas nécessairement violente

- Publication de la première campagne 2008

Collaborations : Orient & Méditerranée 8167, Laïla NEHME, Guillaume CHARLOUX, Isabelle SACHET,
UMR 7041 ArScAn , Commission Supérieure pour le Tourisme, al-Riyâd , Institut Français du Proche-Orient , Académie de Finlande

Partenariats : Sénat, Ministère des Affaires Étrangères, Ambassade de France à al-Riyâd, Total, Veolia, Clio