Haïdra

Tunisie

Coordonnées : 35°33’53.27"N ; 8°27’17.51"E

Responsable : François Baratte (Orient & Méditerranée - Antiquité classique et tardive) ; 1993 - /

La mission archéologique française à Haïdra (Tunisie) a été créée en 1967 comme mission du ministère des Affaires étrangères. La direction en a été prise par François Baratte en 1993. Depuis cette date, il y a eu une campagne annuelle de quatre semaines sur le terrain. F. Baratte a introduit au MAEE en 2007 une demande de soutien quadriennal. Il est vraisemblable qu’il se retirera à l’achèvement de celui-ci.

La mission se développe en partenariat avec l’Institut national du Patrimoine de Tunisie, sous la responsabilité particulière de M. F. Bejaoui, directeur de la division de la recherche
Le site d’Haidra, Ammaedara dans l’Antiquité, se trouve à la frontière entre la Tunisie et l’Algérie. Rendu célèbre par la présence du camp permanent de la IIIe légion de l’époque augustéenne à l’époque des Flaviens (75 ap. J.-C.), le site présente une série de monuments importants, en particulier pour la fin de l’Antiquité : 7 églises ont déjà été fouillées. Une grande forteresse byzantine est construite sous le règne de Justinien, à partir de 533). La ville, pour laquelle des états médiévaux ont été repérés par la mission (probablement une petite mosquée, de date tout à fait ancienne), est abandonnée semble-t-il vers le Xe-XIe s.

Le site permet donc d’étudier de manière précise la christianisation du paysage urbain en Afrique, et le passage de la ville antique à la ville médiévale. C’est l’un des objectifs de la mission, sur lequel des résultats importants ont déjà été obtenus (au premier chef la mise en évidence d’un état arabe de la ville, limité à l’intérieur de la citadelle byzantine), de même que sur les transformations de l’urbanisme de l’époque romaine à l’époque byzantine. Plus particulièrement, l’étude porte sur les églises et sur la citadelle elle-même, l’impact de son implantation dans la ville et le détail de l’architecture militaire

Le financement vient pour l’essentiel du MAEE. Contribution non négligeable du GDR 2319, notamment pour des missions ou de l’équipement informatique et photographique. Contribution de Paris IV. Soutien pendant 4 ans de Total Tunisie (prise en charge de l’hébergement) et, depuis trois ans, soutien de l’Institut Français de coopération de Tunis. Lors de la dernière campagne : 6 membres français, 3 membres tunisiens. Une trentaine d’ouvriers engagés chaque année

Publication  : assurée par l’École française de Rome. Pour ce qui est des missions récentes (depuis 1993) : un volume paru en 1999, un autre sous presse (1ères épreuves corrigées), deux autres prévus à moyen terme

- 10-06-2010 : Le Prix de l’archéologie de la Fondation Simone et Cino del Duca a été décerné à la Mission archéologique franco-tunisienne à Haïdra-Ammaedara (Tunisie)