Regards croisés d’Orient et d’Occident. Les barrages dans l’Antiquité tardive

Orient & Méditerranée | Archéologie 14
2013
Actes du colloque organisé dans le cadre du programme ANR EauMaghreb
sous la direction de François BARATTE, Christian Julien ROBIN et Elsa ROCCA
7-8 janvier 2011, Paris, Fondation Simone et Cino del Duca



21x29, 230 p., 164 ill. NB
ISSN 2101-3195
ISBN 978-2-7018-0357-9

Là où l’eau est rare, donc précieuse, il s’agit d’en maîtriser le flot pour la diriger où elle est utile, la retenir pour l’accumuler, puis la redistribuer le moment venu de manière efficace.
Dans cette perspective, les barrages constituent un outil privilégié, mais d’une grande diversité. Le choix de leur implantation est essentiel, comme celui des techniques de construction mises en œuvre, parfois très simples, des murets de pierre, ou plus élaborées. Des dispositifs permettent alors de rejeter l’eau en excédent, de prélever celle qui est retenue, ou de vidanger l’ouvrage.
En Afrique du Nord, les barrages font partie des installations dont les traces ont été recherchées dès les premières explorations archéologiques, dans la perspective qui était alors celle d’une réactivation des techniques hydrauliques développées par les Romains. Les diverses enquêtes conduites en Algérie et en Tunisie n’ont pas manqué d’en relever les vestiges.
Il a donc paru intéressant, dans le cadre d’un programme de recherche consacré à l’eau dans les villes et les campagnes de l’Afrique du Nord (« EauMaghreb ») de l’Agence nationale de la recherche, de reprendre ce dossier pour tenter d’apprécier l’état des vestiges et ce que l’on peut savoir des techniques utilisées, sous le regard croisé des archéologues, des historiens et des géographes.
Mais il a également semblé pertinent, pour mieux dégager le caractère de ces aménagements dans le Maghreb antique, de les confronter à ceux d’autres régions dans lesquelles la situation est très favorable : la péninsule Ibérique, mais aussi la péninsule Arabique et les zones arides de Syrie, de Jordanie et d’Israël, qui comptent un grand nombre de barrages antiques ou proto-islamiques présentant une parenté évidente.
Dans ces régions en effet, une vingtaine de barrages, souvent très spectaculaires, sont situés dans le temps de manière précise grâce à une inscription de fondation qui donne une date ou fait mention d’un personnage connu. Ils offrent donc des repères chronologiques très précieux qui manquent ailleurs, notamment pour dater l’apparition de certaines innovations techniques et pour préciser les caractéristiques de ces ouvrages.
Le colloque avait donc rassemblé spécialistes du monde romain occidental, du Levant et de l’Arabie, dont ce volume présente les travaux.

Le colloque et sa publication ont été assurés avec la contribution de l’Agence nationale de la recherche (CSD9 – Sciences humaines et sociales Projet 07-BLAN-10372)

Sommaire

  • François Baratte, Christian Julien Robin, Introduction (p. 5)
  • Christian Darles, Christian Julien Robin, Jérémie Schiettecatte, Ghassan el Masri, Contribution à une meilleure compréhension de l’histoire de la Digue de Maʾrib au Yémen (p. 9)
  • Julien Charbonnier, Jérémie Schiettecatte, Les barrages de l’Arabie méridionale préislamique. Architecture, datation et rapport au pouvoir (p. 71)
  • Joseph Patrich, Dams for water and agriculture in Israel (p. 93)
  • Denis Genequand, Barrages d’époque omeyyade au Proche-Orient (p. 103)
  • Philippe Leveau, Évolution climatique et construction des ouvrages hydrauliques en Afrique romaine (p. 125)
  • Ahmed Ferjaoui, Jean‑Marie Pailler, Christian Darles, Jean‑Louis Bordes, L’approvisionnement en eau de Zama (Tunisie). Le barrage d’Aïn Jebour (p. 139)
  • François Baratte, Les barrages des Hautes Steppes tunisiennes : quelques observations préliminaires (p. 165)
  • Jean‑Louis Bordes, Pierre Gillon, Jean‑Pierre Laporte, Le barrage antique d’El Benian sur l’oued Berdi (wilaya de Bouira, Algérie) (p. 175)
  • José María Álvarez Martínez, Trinidad Nogales Basarrate, Presas de Augusta Emerita y de sus alrededores (p. 183)
  • Javier Andreu Pintado, Javier Armendáriz Martija, María Peréx Agorreta, La presa romana de Cubalmena (Biota, Zaragoza) y el abastecimiento de agua a la ciudad de Los Bañales (p. 199)
  • Paula Uribe, María Ángeles Magallón, Javier Fanlo, Jorge Angás, Le barrage de Muel (Saragosse, Espagne) (p. 217)