Devins et lettrés dans l’orbite de Babylone

- Orient & Méditerranée | Archéologie 16
mai 2015
Travaux réalisés dans le cadre de l’ANR Mespériph 2007-2011, sous la direction de Carole ROCHE et Robert HAWLEY


Devins et lettrés dans l’orbite de Babylone. Travaux réalisés dans le cadre de l’ANR Mespériph 2007-2011
Carole ROCHE et Robert HAWLEY (dir.)
Paris, Éditions de Boccard, 2015
21x29, 313 p., 86 ill.
ISSN 2101-3195 - ISBN 978-2-7018-0323-4 / 59 €

Cet ouvrage est le second volume des publications issues des travaux réalisés dans le cadre du projet ANR Mespériph, « La Mésopotamie et sa périphérie : transmission et adaptations d’une culture au Bronze récent ».
Dans le premier volume (paru en 2012), les auteurs s’étaient concentrés sur l’étude des scribes et érudits qui avaient produit ces textes « périphériques » caractéristiques de l’âge du Bronze récent (1600-1200 av. J.-C)._ Dans ce second volume, en plus de la poursuite de l’étude de certains scribes et de pratiques scribales locales, ce sont les devins et autres lettrés plus spécialisés qui ont retenu l’attention. Ces disciplines savantes révèlent de façon claire la transmission des traditions cunéiformes en Syrie et en Anatolie, mais elles illustrent aussi des liens subtils entre les usages « d’origine » et les adaptations locales, entre les continuités avec le passé et les innovations et évolutions en contexte étranger… À travers l’étude de textes de la tradition babylonienne copiés hors de Babylonie, qu’ils soient scolaires, littéraires ou divinatoires, certaines contributions se sont intéressées aux chemins que ces textes ont empruntés et aux relais ayant fonctionné. D’autres études ont quant à elles poursuivi l’examen de l’adaptation de la langue babylonienne et de l’écriture cunéiforme mésopotamienne dans ces zones « périphériques », notamment à travers le décalage entre l’apprentissage et l’usage de ces outils : à Ougarit, par exemple, on assiste aussi à la constitution d’un savoir local écrit avec l’alphabet suivant un modèle babylonien, ou encore au jeu de la mise au point d’un vocabulaire technique pris entre langues de prestige, langues d’origine et langues locales.

Exporter la référence
format RIS pour Zotero

Sommaire

Avant-propos (p. 7-8)
Sigles et abréviations (p. 9-11)

Tradition scribale mésopotamienne et pratiques locales

  • Benjamin Foster, Centre et périphérie : une perspective mésopotamienne (p. 15-22)
  • Brigitte Lion, Remarques sur les tablettes scolaires de Nuzi (p. 23-45)
  • Stéphanie Anthonioz, Miroir d’une transmission du Gilgameš akkadien en périphérie (2e partie) (p. 47-58)
  • Carole Roche-Hawley, Mesopotamian cuneiform at Ugarit : learning versus using (p. 59-66)
  • Robert Hawley, On the transmission of knowledge and lore in the alphabetic tradition of Ugarit (p. 67-80)
  • Marie-Françoise Besnier, Philippe Boutrolle, Claude Chanut & Robert Hawley, On the junipers of Ugarit. Part 2, The word diprānu and the genus Juniperus (p. 81-156)

Scribes d’Ougarit et du Hatti

  • Jean-Marie Marin, Le rôle singulier des traits séparatifs dans l’Hymne à Nikkal (p. 159-170)
  • Dennis Pardee, Nouvelle attestation de prln « devin » en ougaritique (p. 171-176)
  • Françoise Ernst-Pradal, RS 17.028, une tablette corrigée… et revue (p. 177-189)
  • Alice Mouton & Carole Roche-Hawley, La polyvalence des scribes d’Anatolie hittite et d’Ougarit (p. 191-204)

Sciences divinatoires mésopotamiennes et pratiques locales

  • Alice Mouton, Hépatoscopie à Hattuša (p. 207-237)
  • Marie-Françoise Besnier, Diffusion et transmission de la série šumma izbu : les textes de la « périphérie » au Bronze récent (p. 239-301)

Index (p. 303-313)