Conférence

Nouvelles recherches archéologiques sur la période islamique au Maroc

- Jeudi 15 décembre 2011 à 12h30
Auditorium du Louvre
par Abdallah Fili, Université d’El-Jadida
Colloques programmés en 2009-2010

Depuis une dizaine d’années, la recherche archéologique sur la période islamique au Maroc a connu une réelle avancée grâce à la multiplication des fouilles de sauvetages et par la mise en place de programmes à portée internationale. Des premières on retiendra la fouille de sauvetage qui eut lieu à l’intérieur de la célèbre mosquée Qarawiyyin à Fès et celle d’un des plus anciens ribât du Maroc, Ribât Shâkir, dans les environs de Marrakech. Les programmes archéologiques sur les niveaux islamiques de Volubilis et surtout sur la montagne d’Igîlîz-des-Hargha, le lieu de naissance du Mahdi almohade Ibn Tûmart (fin XIe-début XIIe siècle), permettent d’appréhender, par le biais de l’archéologie, des pans obscurs de l’histoire du Maroc, le début de l’islamisation pour l’un et le début de la révolte almohade pour l’autre. Les fouilles archéologiques de la ville d’Aghmat livrent, pour la première fois, des données sur le quartier monumental de cette première capitale almoravide, avant la fondation de Marrakech vers 1070. Elles mettent en évidence les réalités longtemps rapportées par les textes arabes médiévaux.

Portés par une nouvelle génération de chercheurs marocains et étrangers, ces nouveaux projets en archéologie islamique se distinguent par la variété des sources de financement. Sous-tendus par des problématiques et des méthodes renouvelées ils sont sensiblement variables d’un projet à un autre selon l’ampleur du projet et les objectifs qui lui sont assignés. Ils s’accordent néanmoins sur le fait que la dynamisation de la recherche en archéologie islamique au Maroc passe par la fouille des sites majeurs de son histoire médiévale.