La communication diplomatique entre l’Orient islamique, l’Orient latin et Byzance

Responsables : Denise Aigle, Frédéric Bauden, Nicolas Drocourt et Stéphane Péquignot.
Participants : Michele Bernardini ; Marie-Anna Chevalier (Université de Montpellier) ; Dejanirah Couto (EPHE) ; Malika Dekkiche (BAEF Fellow-University de Chicago) ; Isabella Lazzarini ( Università del Molise) ; Élisabeth Malamut (Université d’Aix en Provence) ; Stéphane Péquignot (EPHE) ; Thomas Tanase (École française de Rome) ; Anne Troadec (doctorante, EPHE) ; Éric Vallet (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) ; Nicolas Vatin (EPHE, EHESS) ; Oscar Villarroel González (Universidad Complutense, Madrid) ; Abbès Zouache.


La communication diplomatique est un instrument incontournable pour construire et maintenir la paix. On étudiera dans la longue durée (XIᵉ-fin XVᵉ s.) et de façon comparative les ambassades échangées par les puissances islamiques, aussi bien entre elles qu’avec les puissances chrétiennes. Les émissaires, les protocoles, les cérémoniaux, les langues employées et les présents diplomatiques seront placés au coeur de l’analyse. Une attention particulière sera aussi prêtée aux moments cruciaux pour la définition et l’évolution de la pratique de l’ambassade, notamment les premiers échanges d’ambassades entre puissances.

La paix sera appréhendée comme l’un des fondements des systèmes politiques en Méditerranée. La gestation de l’État moderne est considérée dans l’historiographie comme émanant de la guerre. Tout en tenant compte de cette théorie, on montrera que la paix participe également de l’élaboration des systèmes politiques. Par ailleurs, la paix et sa garantie sont légitimantes. La paix incarnée par les traités et les multiples rituels qu’elle met en scène favorise en effet la centralisation étatique. Des "cultures de paix" seront alors identifiées.

Réalisations
Publications

  • D. Aigle et P. Buresi (dir.), Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin, Oriente moderno, vol. LXXXVI/1, 2008.
  • D. Aigle et M. Bernardini (éd.), Correspondances diplomatiques et traités de chancellerie, Eurasian Studies, 2013.
  • D. Aigle et S. Péquignot (dir.), La correspondance entre souverains. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe-début XVIe s.), Turnhout, Brepols, 2013.
  • N. Drocourt (éd.), La figure de l’ambassadeur entre mondes éloignés (Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien – XIe-XVIe s.), PUR, Rennes, 2015.

Journées d’études, tables rondes et colloques

  • Colloque international : La correspondance diplomatique entre souverains. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe- fin XVIe s.), Paris, EPHE, 3-4 décembre 2008
  • Mamlūk Cairo : A Crossroad for Embassies, université de Liège, 6-8 septembre 2012, organisé par F. Bauden et M. Dekkiche.
  • Journée d’étude : La figure de l’ambassadeur entre mondes éloignés (Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien, XIᵉ-XVIᵉ siècle), Nantes, 8 juin 2012.
  • Communications diplomatiques, Paris, EPHE, 30 juin 2014.
  • Colloque international : Culture matérielle et contacts diplomatiques entre l’Occident latin, Byzance et l’Orient islamique (XIe-XVIe siècle), Université de Liège, 27-28 avril 2015 . Les Actes sont sous presse.