Histoire et archéologie du pays tlemcénien de la conquête musulmane aux Ottomans [histarchéotlemcen]

Programme Hubert Curien Tassili 15MDU946 (2015-2017)

Responsables : Dr. Agnès Charpentier (Cnrs-UMR 8167), Prof. Sidi Mohammed Negadi (université Abu Bakr belkaid, Tlemcen)


Mise à jour : 12 janvier 2018

Participants
France : Prof. Michel Terrasse, Dr. Ayed Ben Amara, Dr. Anas Soufan, Dr. Basma Fadhloun, Mlle Marine de Vienne
Algérie : Prof. Redouane Bachir, M. Iliès Didi, M. Mohammed Attar, M. Djawed Khaldi

Institutions partenaires : université Abu Bakr Belkaid, (départements d’Archéologie et de Chimie), Institut méditerranéen, université Bordeaux-Montaigne, laboratoire IRAMAT-CRP2A (UMR 5060).

Présentation
Le projet pluridisciplinaire « Histarchéotlemcen », fondé sur une coopération déjà ancienne, accueille trois étudiants en thèse et magistère issus de cette coopération. Cette recherche tente de saisir en diachronie l’histoire et l’archéologie de la région de Tlemcen pour aboutir à une nouvelle image de sa place dans l’histoire de l’art et de l’architecture du Moyen Age islamique.

Le programme, de formation par la recherche, repose sur la construction d’un outil central : un SIG patrimonial et archéologique. Sa mise en place est en cours et les missions de 2013 ont été l’occasion de faire des essais d’analyses spatiales sur la ville de Tlemcen. Le SIG est lié à une base de données, elle aussi constituée, qui permet une saisie des toponymes liée à un dépouillement bibliographique, à un inventaire des monuments et aux images les concernant. Là encore des essais ont été réalisés sur la ville de Tlemcen. La base de données, enrichie par les recherches menées dans le cadre du projet, a pour vocation d’être un véritable « dictionnaire » historique et archéologique du pays tlemcénien. Le dépouillement des sources anciennes comme des archives contemporaines enrichira le volet « toponymes » et le SIG mettra en lumière l’évolution diachronique du peuplement, des voies de communication ou de la défense de cette région. Les ressources naturelles sont également prises en compte notamment en ce qui concerne l’eau et les ressources minières.


Ex. 1. : Monuments inventoriés de Ghazaouet et de Tawūnt
© PHC Tassili Histarchéotlemcen 15MDU 946 [MAEDI, MENESR (France), MESRS (Algérie)]










Le site de Tawūnt, mentionné dès al-Bakrī au XIe siècle comme un ḥisn, est ensuite absent des chroniques jusqu’au XIVe siècle où ibn Khaldūn le mentionne lors des luttes entre les Mérinides et les ‘Abd al-Wādides. Au XIXe siècle, le site est pris par les Français qui en font une base logistique pour les expéditions vers la frontière du royaume du Maroc. Très vite une ville se développe à l’embouchure de l’oued Gozouana même si, aux dires de tous les spécialistes, le site n’est pas favorable au développement d’un port ou d’une ville. Plusieurs plans d’aménagements sont toutefois élaborés entre 1847 et 1860. La ville porte encore les traces de ces divers moments que ce soit dans son urbanisme — rues régulières, parallèle à la mer, place centrale entourée des bâtiments administratif— ou dans son architecture. Les monuments inventoriés qui vont du XIVe siècle à 1928, témoignent des différentes périodes de la longue histoire de ce site et des diverses influences qui s’y sont manifestées.

Indications bibliographiques

  • SHD 1M1316 Mémoire sur la reconnaissance de la côte d’Oran par Tatareau capitaine au corps d’État-major, Oran, 18 février 1833
  • SHD 1H407 défenses des côtes et fortifications 1837-1888
  • SHD 1H408 défenses des côtes et fortifications 1889-1892
  • SHD 1VH260 et 1VH1261 Nemours
  • al-Bakrī, Abu Ubayd, Kitâb al-masâlik wa l-mamâlik, tr. Slane (de), Description de l’Afrique septentrionale, Paris 1965.
  • Ibn Khaldūn, A., Kitâb al-Ibar, tr. De Slane,Histoire des Berbères, I-IV, Paris, 1959.
  • Léon l’Africain, De l’Afrique, tr. Epaulard, Description de l’Afrique, Paris, 1956.
  • A. Charpentier, « L’aménagement du littoral tlemcénien du Moyen Âge au début du XXe siècle », Le rôle des villes littorales du Maghreb dans l’histoire, RM2E - Revue de la Méditerranée édition électronique, Tome III. 1, 2016, p. 57-78.
    http://www.revuedelamediterranee.org/index_htm_file/Charpentier_2016_III-1.pdf
  • Llabador, F., « Recherches d’archéologie musulmane : les ruines de Taount, bourgade berbère du Maghreb central, Revue Africaine, LXXXVIII, 1944, p. 181-201.
  • Vuillemot, G., « Ruines musulmanes sur le littoral de l’Oranie occidentale », Revue Africaine, 1959, 103, p. 27-54.

Ex.2. : Ressources minières de la région de Tlemcen localisées d’après les textes



© PHC Tassili Histarchéotlemcen 15MDU 946 [MAEDI, MENESR (France), MESRS (Algérie)]

Le programme d’archéologie de la couleur développé par l’Institut méditerranéen, l’UMR 8167 Orient et Méditerranée, le CRP2A-IRAMAT (UMR 5060) et l’université de Tlemcen nécessite une recherche sur l’origine des pigments constituant les zellijs étudiés. Le dépouillement des textes anciens comme ceux du XIXe siècle ont permis de recenser et de localiser un certain nombre de gisements sans doute exploités au Moyen Âge.
Il n’est bien sûr pas possible aujourd’hui de déterminer avec exactitude la provenance des pigments mais cette première carte laisse à voir l’existence d’un certains nombres de gisement exploités dans la région de Tlemcen témoignant ainsi d’une petite industrie dont les textes ne parlent que peu. Elle nous permet cependant d’accroître nos connaissances sur l’organisation du terroir de Tlemcen. La base de données jointe au SIG. contient d’autres entrées localisées dans toute l’Algérie actuelle.

Indications bibliographiques

  • SHD 1M1316 Mémoire sur la reconnaissance de la côte d’Oran par Tatareau capitaine au corps d’État-major, Oran, 18 février 1833
  • al-Bakrī, Abu Ubayd, Kitâb al-masâlik wa l-mamâlik, tr. Slane (de), Description de l’Afrique septentrionale, Paris 1965.
  • al-Idrīsī, Abu Abd Allah, Nuzhat al-Muchtaq fi ikhtirâq al-afâq, ed. Dozy et de Goeje, Description de l’Afrique et de l’Espagne, Amsterdam, 1969.
  • Léon l’Africain, De l’Afrique, tr. Epaulard, Description de l’Afrique, Paris, 1956.
  • Ibn Khaldūn, A., Kitâb al-Ibar, tr. De Slane, Histoire des Berbères, I-IV, Paris, 1959.
  • Ardouin du Mazet, Études algériennes, L’Algérie politique et économique à travers la province d’Oran, Paris 1882
  • Bel, A. « Les Beni Snouss et leurs mosquées, étude historique et archéologique », Bulletin archéologique du Comité historique et scientifique, 1920, p. 379-521.
  • Gsell, Atlas archéologique, 1911
  • Ville, L., Notice minéralogique sur les provinces d’Oran et d’Alger, Paris, 1857

L’inventaire monumental et archéologique que nous avons entrepris répond ainsi à une thématique développée par l’Union européenne et l’Algérie depuis 2012. Disponible à l’université de Tlemcen, il pourra servir à la prise en compte du patrimoine, à la mise en place de circuits touristiques et à l’insertion de jeunes comme guides — opération réalisée avec succès en 2011 — ou accompagnateurs des visiteurs soucieux du patrimoine. Il fournira, sans nul doute, de nouvelles pistes d’études pour d’autres étudiants.

Trois axes de recherche ont été définis pour ce projet. Ils accueillent chacun des projets de thèses, de magistères ou de master. Chaque doctorant est acteur du projet et ses travaux permettent de faire progresser l’ensemble de la recherche.
1- archéologie urbaine et monumentale,
2- archéologie et aménagement du pays tlemcénien,
3- études des sources matérielles de l’histoire notamment à travers l’étude des zellijs mis au jour lors de fouilles d’un palais du XIVe siècle et l’analyse des pigments utilisés.

Réalisations
articles

  • A. Charpentier, « L’aménagement du littoral tlemcénien du Moyen Âge
    au début du XXe siècle », Le rôle des villes littorales du Maghreb dans l’histoire, (actes du colloque Bu Ismail, 27-29 octobre 2015), à paraître.
  • M. Terrasse, « Mutation des ports maghrébins au bas Moyen Âge : étude de cas », Le rôle des villes littorales du Maghreb dans l’histoire, (actes du colloque Bu Ismail, 27-29 octobre 2015), à paraître.

Colloque et table-ronde

en cours