Séminaire

L’occupation « tardive » à Hégra et dans sa région, IIIe-VIe siècle

Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) - 5e séance

- Vendredi 18 novembre 2016
de 15h à 17h
Salle Reinach - 4e étage - MOM - entrée par le 86 rue Pasteur - Lyon 7e


JPEG - 66.6 ko
Temple de Rawafah, Hisma saoudien © L. Nehmé

Laïla Nehmé, directrice de recherche au CNRS, archéologue et historienne, laboratoire Orient et Méditerranée, Paris.
Répondant : Jean-Michel Carrié, directeur d’études à l’EHESS, historien

Séminaire organisé par le laboratoire HiSoMa
Consulter le programme du séminaire : http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/seminaires-de-recherche/societes-en-mutation-2016-2017

Hégra (moderne Madâin Sâlih), dans le nord-ouest de l’Arabie Saoudite est annexée en 106 ap. J.-C. par Trajan. Cette annexion concerne l’ensemble du territoire nabatéen, Hijâz compris, qui devient donc la province romaine d’Arabie.
De nombreuses inscriptions - nabatéennes, grecques et latines - témoignent d’une occupation du site et de sa région au IIe s. ap. J.-C. et de la présence de troupes auxiliaires romaines.
L’occupation du site se poursuit au IIIe et IVe siècle, comme le montrent les fouilles réalisées dans le secteur résidentiel du site de Hégra et quelques inscriptions nabatéennes et nabatéo-arabes (écrites dans des caractères transitoires entre le nabatéen et l’arabe et dans une langue mixte). Ces derniers documents témoignent certainement de l’émergence, dans la région, de principautés arabes dont les « rois » sont mentionnés dans les textes.



- Télécharger l’affiche