Vient de paraître

L’Union à l’épreuve du formulaire. Professions de foi entre Églises d’Orient et d’Occident (XIIIe-XVIIIe siècle)

- édité par Marie-Hélène Blanchet et Frédéric Gabriel,
Leuven – Paris – Bristol, Peeters (Monographie du Centre d’histoire et civilisation de Byzance, Collège de France, 51), 2016.


Télécharger la référence au format RIS (pour zotero ou endnote)

Les conciles œcuméniques de Nicée, Constantinople et Chalcédoine ont fixé et promulgué des professions de foi chrétiennes valables universellement. Pourtant, l’évolution de l’Église latine a conduit à modifier, avec le Filioque, un Symbole qui était tenu pour sacré et invariable par les Églises orientales. Dès lors, l’instrument même de la communion devient objet de discorde et de polémique, surtout quand il s’agit de formaliser l’Union des Églises. De la fin de la période byzantine jusqu’au XVIIIe siècle, les controverses qui en découlent donnent lieu à diverses professions de foi qui sont ici analysées. Certains chapitres proposent une approche collective des implications de l’Union sur l’expression du Credo, tant à Byzance, Kiev, Rome ou Paris, que chez les chrétiens arabes. D’autre part, une attention particulière a été portée à des cas individuels, ceux d’empereurs ou d’impératrices comme Jean V Paléologue et Théodora Paléologina, ou de patriarches comme Jean Bekkos, Cyrille Loukaris et Dosithée de Jérusalem. De nouvelles éditions critiques de ces textes figurent en annexe de plusieurs chapitres.


- Consulter la table des matières

Ouvrage publié avec le concours de l’université Paris-Sorbonne, de l’Institut d’histoire de la pensée classique, de l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (CNRS-ENS de Lyon), de l’UMR 8167 Orient & Méditerranée et du Labex RESMED (ANR-10-LABX-72) dans le cadre du programme Investissements d’avenir ANR-11-IDEX-0004-02

- Pour en savoir plus