Religions et fiscalité dans le monde méditerranéen de l’Antiquité à nos jours 2

15-16 juin

- Jeudi 15 et vendredi 16 juin 2017
Maison de la recherche
28, rue Serpente 75006 Paris

salle D 035 (rez-de-chaussée)


Organisation scientifique Marie-Christine Marcellesi, Anne-Valérie Pont

Les lieux de cultes et les institutions cultuelles peuvent concentrer des richesses importantes, sous la forme de biens fonciers et mobiliers, qu’il y ait, dans différentes sociétés humaines, des dieux ou un Dieu. Ces biens font-ils ou non l’objet d’une imposition de la part des États dans lesquels ils se trouvent ? Cette interrogation portant sur la fiscalité à laquelle sont soumis les biens des dieux pour l’usage de la collectivité peut être aiguë, hier comme aujourd’hui. Une remise en perspective historique vient éclairer les racines de situations contemporaines complexes. D’autres aspects peuvent être envisagés : les institutions religieuses se trouvent être, parfois, les auteurs de prélèvements ; on peut aussi pointer la question du traitement des minorités religieuses.
L’analyse portera principalement sur différentes civilisations méditerranéennes dans l’Antiquité et au Moyen-Âge (en partant des mondes mésopotamiens et du monde grec et romain sans négliger la part de l’héritage des traditions juives et chrétiennes, et en poursuivant avec l’empire byzantin, l’Islam médiéval, l’Occident chrétien) ; quelques contributions apporteront une ouverture sur les périodes plus récentes dans la même aire géographique, jusqu’à nos jours (empire ottoman, Europe contemporaine).

PDF - 216.7 ko
Programme complet
PDF - 427.2 ko
Affiche du colloque