Sébastien Morlet, Charles Guérin, Sophie Aubert-Baillot

La philosophie des non-philosophes dans l’Empire romain (Ier-IIIe siècles)

de Boccard, 2019

Loin d’être l’apanage d’un cercle fermé de professionnels, la philosophie, à l’époque romaine, irrigue des textes de tous genres (rhétoriques, historiques, poétiques, dramatiques...) sous forme de réminiscences, d’allusions, de citations, de déformations et de réécritures. C’est la centralité de la philosophie dans la vie lettrée qui est examinée dans ce livre, du début de l’époque impériale à l’aube de l’Antiquité tardive, tant dans le monde romain que dans le monde grec. Quels sont les auteurs qui, sans pour autant se définir comme les disciples d’une école ou comme des professeurs de philosophie, utilisent cette dernière ? Selon quelles modalités, pour quelles raisons, face à quel public le font-ils ? Font-ils usage d’une philosophie approximative en se contentant de recycler de simples topiques, ou développent-ils une réflexion approfondie et originale, témoignant d’une lecture précise des textes philosophiques ? En quoi consiste la philosophie de ces « non-philosophes », et quelle place cette appréhension élargie de la philosophie tient-elle dans la pensée et l’imaginaire à l’époque de l’Empire romain ?

Table des matières
Sophie Aubert-Baillot, Charles Guérin, Sébastien Morlet, « Avant-propos » ; Andrea Balbo, « Les composantes philosophiques des Excerpta de Calpurnius Flaccus » ; Nicolas Lévi, « Ovide et la notion philosophique de lois de la nature » ; Carlos Lévy, « Philosophie et témoignage chez Philon d’Alexandrie : la question du corps » ; Florian Barrière, « L’ombre de Sénèque : Lucain entre philosophie et poésie de la nature » ; Cristina Viano, « Quintilien et l’histoire de la philosophie : la réappropriation et les quaestiones philosopho conuenientes » ; Mélanie Lucciano, « La métaphore de la cire : réutilisation d’un motif platonicien (Théétète, 191-195) à Rome » ; Ermanno Malaspina, « Euphratès, Artémidore et ceux qui sapientiae studium habitu corporis praeferunt (Ep., I, 22, 6) : la place de la philosophie dans la culture de Pline » ; Mauro Bonazzi, « Lucien et le scepticisme de son époque » ; Pierre Chiron, « Les sources philosophiques du prologue d’Alexandros au De figuris (p. 9-14 Spengel III) » ; Joanna Komorowska, « Fate, Knowledge, and Demonic Protection : Philosophy and the Astrological Work of Vettius Valens of Antioch » ; Emma Ramsey, « Apuleius Philosophus Platonicus ? Apuleius’ Self-Presentation in the Apologia » ; Alessandro Garcea, « Nec ignara philosophiae : Imperial Logic and Grammar in the Light of Gellius’ Noctes Atticae » ; Agnès Bastit, « Irénée philosophe ? L’arrière-plan philosophique grec de l’oeuvre d’un polémiste et théologien chrétien » ; Frédéric Chapot, « Dialogue d’un chrétien avec la philosophie, ou Du bon usage de la proximité. Remarques sur le prologue du De anima de Tertullien » ; Sophie Van der Meeren, « Μάλα σωκρατικῶς : formes, fonctions et représentations du ‘‘discours’’ philosophique chez Origène, d’après le Discours de remerciement » ; Index.