Projet Corpus taymiyyen sur le Jihad, lauréat de l’appel à projets "Islam, Religion et Société"

Appel à projets "Islam, Religion et Société"
Ministère de l’intérieur
septembre 2020


Le projet Le corpus taymiyyen sur le jihad : réception, décontextualisation et instrumentalisation par les mouvances jihadistes contemporaines est lauréat de l’appel à projets du ministère de l’intérieur Islam, Religion et Société pour l’année 2020.

D’une durée d’un an, le projet est accueilli par le "laboratoire Orient & Méditerranée" - équipe Islam médiéval et se compose de l’équipe de recherche suivante :

  • Mehdi BERRIAH, Assistant professor à la Vrije universiteit Amsterdam (porteur du projet)
  • Lahcen DAAIF, Ingénieur de recherche, Université Lumière Lyon 2
  • Abbès ZOUACHE, Chargé de recherche CNRS-CIHAM, directeur du CEFAS
  • Nadjet ZOUGGAR, Maître de conférences en islamologie, Aix-Marseille Université/IREMAM

Présentation
Le projet Le corpus taymiyyen sur le jihad : réception, décontextualisation et utilisation par les mouvances jihadistes contemporaines s’inscrit dans les sous-axes « 2.1. Bilans historiographiques et islamologiques » et « 2.2. Islamologie appliquée » de l’axe 2 « Islamologie : développement et diffusion de la connaissance » soumis pour l’exercice 2020 de l’appel à projets de recherche « Islam, religion et société. »

Grâce à la recension et à l’analyse serrée de la littérature du jihad médiéval, et principalement du grand juriste Ibn Taymiyya (1263-1328), il s’agit d’examiner comment les groupes jihado-takfiristes construisent leur idéologie, la diffusent et la revêtent d’une légitimité leur permettant de convaincre de potentiels adhérents chez des publics influençables. De fait, si ce public peut être une proie, c’est en partie car ses membres n’ont accès à la littérature médiévale que par la médiation de textes souvent tronqués, mis hors contexte et dotés de commentaires affichant une orientation clairement belliciste. De nombreux politologues comme Gilles Kepel, Olivier Roy, Romain Caillet, David Bénichou, Farhad Khosrokhavar, Philippe Migaux ou encore Myriam Benraad s’intéressent au phénomène jihadiste en étudiant les faits et les écrits des jihadistes. Si ces faits et leurs conséquences ne peuvent être que contemporains, leurs causes et surtout leur idéologie sont bien antérieures. Pour analyser et mieux comprendre les discours et l’idéologie de ces mouvances jihadistes, il est indispensable de le faire à la lumière de savants religieux tels qu’Ibn Taymiyya (m. 1328) et de leurs écrits.

Le projet vise à étudier la manière dont les textes de ces savants, et en particulier ceux d’Ibn Taymiyya, sont sélectionnés, manipulés, traduits en français et diffusés sur internet. Il s’agit aussi de comprendre le contenu de ce corpus et les usages qui en sont faits, à la fois par les émetteurs et les récepteurs. Plusieurs manifestations scientifiques rassemblant des spécialistes de diverses disciplines (islamologie, histoire, science politique, linguistique) sont prévues et certaines feront l’objet d’une publication. La finalité du projet est de réaliser une synthèse exhaustive sur les littératures du jihad médiéval et contemporain ainsi qu’un bilan historiographique des travaux sur la question, aussi bien en langue française, anglaise et, dans la mesure du possible, en arabe. De cette manière, les substrats sur lesquels repose le phénomène complexe du jihadisme contemporain pourront être mieux appréhendés et compris.