Dangeil

Depuis 2000, l’organisme soudanais NCAM (National Corporation for Antiquities and Museums) effectue des fouilles archéologiques à Dangeil (fouilles effectuées sous la direction de Salah eddin Mohamed Ahmed). Localisé à 350 km au nord de Khartoum, ce site était une ville royale puissante du Royaume de Kouch, du VIIIe siècle avant notre ère au IVe siècle après J.-Chr.

Dangeil (que l’on peut traduire "brique rouge cassée") est un site d’environ 300 m sur 400, composé de plusieurs tertres qui sont couverts de fragments de briques rouges, de grès et de tessons de céramiques. Certains monticules atteignent 4 mètres de hauteur et chaque kom correspond à un bâtiment de la ville antique.

Les recherches se sont focalisées sur le grand kom situé au centre du site (kom H) : le temple d’Amon y a été mis au jour dans l’enceinte et une voie processionnelle bordée de statues de béliers a été dégagée. Au fond du temple, dans une salle aménagée latéralement au sanctuaire, une cachette contenait des statues royales kouchites antérieures à la construction du temple et qui avaient été volontairement cassées (comme une statue de Taharqa et un buste de Senkamanisken).

- Pour en savoir plus
Julie Anderson et Salah Mohamed Ahmed, "Excavations in the Temple Precinct of Dangeil, Sudan", the Berber-Abidiya Archaeological Project of The National Corporation for Antiquities and Museums, Sudan in cooperation with the British Museum, 2010.
Projet Berber-Abidiya du British Museum