Saranda (Anchiasmos)

Direction  : Etleva Nallbani (chargée de recherches au CNRS, Monde byzantin), Kosta Lako (archéologue, Ephorie Athènes), Ehud Netzer (décédé en 2010, architecte), Gideon Foerster (archéologue, professeur Université de Jérusalem).
Collaborateurs principaux  : Marie-Patricia Raynaud (CNRS Monde Byzantin), Vivient Prigent (CNRS Monde Byzantin), Elvana Metalla (Institut archéologique d’Albanie), Elio Hobdari (Institut archéologique d’Albanie), Agron Islami (Institut du Patrimoine, Tirana), Marcos Edelcopp (architecte).

Une mission de fouilles a été initiée en 2003 à Saranda intra muros afin de réinterpréter les résultats des anciennes fouilles conduites par K. Lako dans les années 80. En effet, des éléments d’archives ont révélé l’existence d’un édifice de culte juif, dans ce secteur de la basilique paléochrétienne déjà publiée.
_Quatre campagnes ont été menées sur le terrain entre 2003 et 2010, ciblées sur l’identification de ce monument et sur ces relations avec l’église : il s’avère qu’une synagogue tardo-antique, pavée de mosaïques (l’une d’elle avec le symbole de la Ménorah) a été transformée en basilique à trois nefs, dont l’étude a montré que la dernière phase de décoration était une église. L’étude minutieuse des sols en mosaïque et de l’architecture ont aidé à comprendre la succession des bâtiments et ont permis d’établir la chronologie relative de ces transformations, en moins de deux siècles d’occupation (Ve-VIe). La publication est en préparation, qui comprendra l’étude de l’architecture, des mosaïques et des trouvailles (anciennes et récentes) faites sur le site.

Partenaires institutionnels  : Université hébraïque de Jérusalem, Institut archéologique d’Albanie.
Partenaires associés : CNRS/UMR 8167-Orient et Méditerranée, Institut du Patrimoine-Tirana.