Journal du CNRS

Au nord de l’Arabie, les sculptures monumentales du Camel Site remonteraient à l’époque préhistorique

- 15 septembre 2021
article dans "Le Journal du CNRS" par Véronique Etienne et Guillaume Charloux


Lire l’article en ligne dans Le Journal du CNRS

Un archéologue étudie l’un des dromadaires sculptés en taille réelle sur une paroi en grès du Camel Site. Un dromadaire est gravé dans la paroi verticale. On distingue ses pattes et son tronc mais la tête a été abimée par l’érosion.
© Hubert RAGUET / Mission archéologique franco-saoudienne du Camel Site / CNRS Photothèque

Site rupestre exceptionnel du nord de l’Arabie, le Camel Site est constitué de trois promontoires rocheux dans lesquels ont été sculptés en relief une douzaine de dromadaires et d’ânes en taille réelle. L’équipe franco-saoudienne qui l’a découvert1 a dans un premier temps estimé que le Camel Site datait de l’Antiquité, par analogie avec des représentations comparables du site nabatéen de Pétra, en Jordanie. Mais des études complémentaires, dirigées depuis par un trio d’archéologues du CNRS, de l’Institut Max Planck (Allemagne) et de l’Université du Roi Saoud (Arabie saoudite)2, font désormais remonter ces sculptures à l’époque préhistorique. Un large éventail de compétences et de méthodes de datation directe et indirecte a été mobilisé, allant, entre autres, de l’analyse des traces d’outils à celle de l’érosion de la roche, en passant par la datation par luminescence de la chute d’un bloc sculpté. Un sondage ouvert entre deux rochers a aussi révélé un assemblage d’ossements animaux datés par radiocarbone et de silex taillés, témoins de l’occupation du site. Toutes ces données convergent vers une réalisation des sculptures à l’aide d’outils en pierre, au plus tard au cours du vie millénaire av. J.-C. Le site, qui devait avoir une dimension symbolique, a connu une grande longévité puisque les reliefs ont été retravaillés lorsque l’érosion a commencé à en estomper les détails. Et, si l’on ne connaît pas la date de son abandon, l’équipe a pu déterminer une accélération de l’érosion du site vers 1000 ans av. J.-C. D’après ces nouvelles données, publiées dans Journal of Archaeological Science : Reports, le Camel Site abrite probablement les plus anciens reliefs animaliers en taille réelle au monde.


Prélèvement d’un échantillon de sédiment sous un bloc sculpté tombé au sol par Rémy Crassard (à gauche) et Guillaume Charloux. La technique de luminescence stimulée optiquement permet de dater approximativement le moment où le bloc est tombé.
© Hubert RAGUET / Mission archéologique franco-saoudienne du Camel Site / CNRS Photothèque

- D’autres photos sont disponibles sur la plateforme CNRS Images.

- Pour aller plus loin, consulter aussi ce diaporama.

- Autres articles rédigés sur le sujet :

- Bibliographie

Life-sized Neolithic camel sculptures in Arabia : A scientific assessment of the craftsmanship and age of the Camel Site reliefs, Maria Guagnin, Guillaume Charloux, Abdullah M. AlSharekh, Remy Crassard, Yamandu H. Hilbert, Meinrat Andreae, Abdullah AlAmri, Frank Preusser, Fulbert Dubois, Franck Burgos, Pascal Flohr, Pascal Mora, Ahmad AlQaeed, Yasser AlAli. Journal of Archaeological Science : Reports, 15 septembre 2021. https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2021.103165