Appel à communication pour le colloque international, Paris, Sorbonne Université – 8, 9 & 10 septembre 2022

Μάρτυρι µύθῳ. Poésie, histoire et société aux époques impériale et tardive

- Les propositions de communication (500 mots maximum), qu’elles émanent de chercheurs confirmés ou de jeunes chercheurs, sont à envoyer avant le 31 décembre 2021 à poesiehistoire@sciencesconf.org.
Le colloque se tiendra à Paris, Sorbonne Université les 8, 9 & 10 septembre 2022


Les dernières décennies ont permis de battre en brèche l’idée selon laquelle la poésie en langue grecque aurait été, à l’époque impériale, une pratique marginale, annexée à l’expansion du genre rhétorique. Elles ont montré que, bien loin d’être phagocytée par la rhétorique – qui de fait a intégré un certain nombre de ses caractéristiques tout en l’influençant en retour –, la poésie n’a cessé d’exister sous l’Empire romain. Et même si elle a été frappée de plein fouet par les injures du temps, les pierres, les papyrus et les manuscrits nous ont transmis suffisamment d’œuvres et de fragments pour nous permettre de connaître ou de deviner sa remarquable vitalité : à l’expansion géographique de sa pratique – les poètes les plus connus sont souvent rattachés à des aires périphériques de l’Empire – répondent le fleurissement du genre de l’épigramme, l’accroissement thématique et le renouvellement métrique de la poésie hexamétrique. En outre, la poésie a pu vivre, à l’époque impériale, à travers un certain nombre de performances théâtrales délivrées par des artistes itinérants – rhapsodes, poètes épiques et autres homéristes – qui conjuguaient les techniques de la récitation, de la composition et du mime pour incarner des œuvres de circonstance ou représenter des mythes intemporels. Que ce soit au cours du Haut-Empire ou durant l’Antiquité tardive, qu’ils relèvent du domaine païen ou de la littérature chrétienne, les différents genres poétiques se sont donc trouvés renouvelés, dans leur pratique, leurs fonctions, leurs formes et leurs contenus. Les poèmes grecs de ces époques sont bien souvent des creusets où se rencontrent des siècles de pratique poétique, ouvertement revendiqués par les poètes, et une volonté d’innovation affichée à des degrés divers.

Ce dialogue, souvent érudit, avec les épaisses strates d’un passé littéraire dont la connaissance constituait à la fois une pierre angulaire et une pierre de touche de l’hellénisme d’époque romaine, est en partie responsable de l’idée selon laquelle ces œuvres poétiques seraient des divertissements d’érudits destinés à une audience réduite de pepaideumenoi à même de déchiffrer les allusions laissées pour eux par les poètes. Dans le même temps, la recherche de sujets nouveaux, qui a conduit certains poètes à exposer des connaissances très techniques, a pu renforcer cette image d’une poésie impériale ou tardive tournant résolument le dos aux problématiques contemporaines. Or dans les faits, la poésie était très présente dans la vie sociale et culturelle de l’Empire, et ce dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Et les œuvres qui nous sont parvenues sont loin d’être imperméables aux questionnements et aux phénomènes sociétaux de cette ère qui a vu la puissance romaine atteindre son acmé, le christianisme naître, qui a assisté à la division de l’Empire, à son effondrement partiel et au transfert du pouvoir à Constantinople.

C’est précisément cette problématique que nous souhaiterions explorer à l’occasion de ce colloque en proposant une synthèse des résultats obtenus jusqu’à ce jour tout en cherchant à ouvrir des perspectives nouvelles : dans quelles mesures les œuvres poétiques des six premiers siècles de notre ère, bien loin de constituer une production littéraire livresque, coupée de la réalité, reflètent-elles souvent, directement ou indirectement, les grands questionnements et les grandes mutations de leur temps ? Quels rapports les poètes entretiennent-ils au pouvoir impérial ? Par quelles images le représentent-ils ? Par la façon dont elles abordent et décrivent la guerre, l’empire, le pouvoir, la religion, la nature, ces œuvres s’inscrivent dans leur époque, y compris lorsqu’elles en déforment ou détournent la représentation. C’est ce regard que le poète porte sur son temps, ce discours qu’il tient, en filigrane, sur son époque et sa culture, cette insertion dans des controverses contemporaines, en un mot ce témoignage que nous souhaiterions interroger dans ce colloque dont le titre grec rend hommage non seulement à une expression chère à Nonnos de Panopolis mais aussi au grand spécialiste français de la poésie impériale que fut Francis Vian. Pour cet examen du rapport entre poésie, société et histoire, on donnera à ce dernier terme son acception la plus large, ce qui permettra non seulement de se demander de quelle manière la poésie se fait le témoin d’événements historiques, nous renseigne sur les mentalités, les représentations sociales et politiques, sur les conditions de vie et sur les connaissances techniques, mais encore de comprendre comment elle contribue au débat culturel, philosophique et religieux de son époque ou de quelle façon elle le reflète.

Les communications proposées pourront porter sur tous les genres poétiques pratiqués aux époques impériale, tardive et protobyzantine, qu’ils relèvent du domaine païen ou chrétien, qu’ils aient fait l’objet d’une transmission codicologique, papyrologique ou épigraphique. Sont donc concernés l’épopée (Quintus de Smyrne, Argonautiques orphiques, Grégoire de Nazianze, Vision de Dorothéos, Blemyomachie, Nonnos de Panopolis, Métaphrase attribuée à Apollinaire de Laodicée), l’épyllion (Triphiodore, Musée, Collouthos) et l’épigramme (Palladas, Paul le Silentiaire,Agathias), bien sûr, mais aussi la poésie didactique et scientifique (Denys le Périégète, Manéthon, Marcellus de Sidè, Andromaque, Oppien de Cilicie, le pseudo-Oppien, Maxime, le Lapidaire orphique…), la poésie de circonstance et les ekphraseis (Pamprépios, Jean de Gaza, Christodore de Coptos, Dioscore d’Aphroditè), le théâtre (pièces attribuées à Lucien de Samosate), les oracles (Chaldaïques, Sibyllins, Théosophie de Tübingen) ou encore les hymnes (Mésomède, Synésios de Cyrène, Proclus) et autres œuvres anonymes – la présente liste n’étant fournie qu’à titre d’exemple.

Les propositions de communication (500 mots maximum), qu’elles émanent de chercheurs confirmés ou, comme nous l’espérons aussi, de jeunes chercheurs, sont à envoyer avant le 31 décembre 2021 à poesiehistoire@sciencesconf.org.

Elles pourront être formulées dans toutes les langues dans lesquelles se fait la recherche sur la littérature antique. Le comité scientifique communiquera ses réponses avant la fin du mois de février 2022. Après la conférence, les articles seront rapidement demandés aux auteurs pour être publiés dans un volume collectif.

  • Comité scientifique :
    Gianfranco Agosti, Università di Roma La Sapienza
    Alain Billault, Sorbonne Université
    Jean-Luc Fournet, Collège de France
    Jane Lightfoot, New College, University of Oxford
    Helmut Seng, Goethe-Universität Frankfurt