Colloque international

Μάρτυρι µύθῳ. Poésie, histoire et société aux époques impériale et tardive

- Du 8 au 10 septembre 2022
Le 8 septembre : Salle Guizot
Le 9 et 10 septembre : Salle des Actes
Sorbonne Université, 1 rue Victor Cousin 75005 Paris
Entrée libre, inscription recommandée : poesiehistoire@sciencesconf.org
Contacts :
morgane.cariou@sorbonne-universite.fr
n.zito@em.uni-frankfurt.de


Les dernières décennies ont permis de battre en brèche l’idée selon laquelle la poésie en langue grecque aurait été, à l’époque impériale, une pratique marginale, annexée à l’expansion du genre rhétorique. Elles ont montré que, bien loin d’être phagocytée par la rhétorique – qui de fait a intégré un certain nombre de ses caractéristiques tout en l’influençant en retour –, la poésie n’a cessé d’exister sous l’Empire romain. Et même si elle a été frappée de plein fouet par les injures du temps, les pierres, les papyrus et les manuscrits nous ont transmis suffisamment d’œuvres et de fragments pour nous permettre de connaître ou de deviner sa remarquable vitalité : à l’expansion géographique de sa pratique – les poètes les plus connus sont souvent rattachés à des aires périphériques de l’Empire – répondent le fleurissement du genre de l’épigramme, l’accroissement thématique et le renouvellement métrique de la poésie hexamétrique. En outre, la poésie a pu vivre, à l’époque impériale, à travers un certain nombre de performances théâtrales délivrées par des artistes itinérants – rhapsodes, poètes épiques et autres homéristes – qui conjuguaient les techniques de la récitation, de la composition et du mime pour incarner des œuvres de circonstance ou représenter des mythes intemporels. Que ce soit au cours du Haut-Empire ou durant l’Antiquité tardive, qu’ils relèvent du domaine païen ou de la littérature chrétienne, les différents genres poétiques se sont donc trouvés renouvelés, dans leur pratique, leurs fonctions, leurs formes et leurs contenus. Les poèmes grecs de ces époques sont bien souvent des creusets où se rencontrent des siècles de pratique poétique, ouvertement revendiqués par les poètes, et une volonté d’innovation affichée à des degrés divers (...)

Pour en savoir plus : poesiehistoire@sciencesconf.org

  • Comité scientifique :
    Gianfranco Agosti, Università di Roma La Sapienza
    Alain Billault, Sorbonne Université
    Jean-Luc Fournet, Collège de France
    Jane Lightfoot, New College, University of Oxford
    Helmut Seng, Goethe-Universität Frankfurt